L’Union Européenne vue par les onze candidats

Candidat(e) Propositions
Nathalie Arthaud Ne se prononce pas
François Asselineau Sortir de l’UE unilatéralement et juridiquement par la mise en œuvre de l’article 50 du TUE
 Jacques Cheminade Sortir de l’UE et entamer des discussions avec les Etats européens pour substituer au système monétariste actuel une vraie Europe des peuples et des patries, fondée sur de grands projets d’intérêt mutuel pour que ce système soit gagnant-gagnant
Nicolas Dupont-Aignan Il souhaite délimiter les frontières de l’Europe, interrompre les négociations d’adhésions de la Turquie à l’Union européenne et mettre en place des partenariats avec des pays voisins.

Il veut supprimer les accords de Schengen et rétablissement des contrôles fixes aux frontières

Il veut suspendre les contributions au budget de l’UE lorsque celui-ci finance la délocalisation d’entreprise

Il souhaite supprimer la commission européenne pour la remplacer par une agence de projets et veut remplacer le Parlement européen par le Conseil consultatif des Parlements constituée par des représentants des parlements nationaux et enfin remplacer l’Union Européenne par une Communauté des Etats Européens.
François Fillon Il veut relancer l’Europe sur trois priorités stratégiques : la sécurité des citoyens avec des frontières efficaces, une immigration maîtrisée et une défense autonome. La souveraineté économique et financière en faisant de l’Euro une monnaie de réserve. L’investissement, l’innovation et la recherche au service de grands projets européen et d’une société de la connaissance

Il veut ouvrir des négociations avec nos partenaires pour lancer un « Schengen de la justice »

Il veut définir un quota européen d’immigration maximum et harmoniser les règles d’accueil avec la création d’un droit d’asile européen

Il veut faire de l’Euro une monnaie de réserve et de règlement à égalité avec le Dollar européen
Benoit Hamon Il souhaite relancer « l’Europe des projets », via la transition énergétique en planifiant les projets de la transition énergétique à l’échelle européenne en positionnant la France en leader sur ces sujets en Europe et en pesant pour que les investissements publics en faveur de la transition écologiques ne soient plus comptabilisés dans les 3% du déficit

Il souhaite lancer un « traité social européen » pour que l’UE soit synonyme de progrès social et pour que ce traité mette fin au dumping social mais également pour acter la convergence vers les hauts standards sociaux européens en commençant par la création d’un SMIC européen à hauteur de 60% du salaire moyen
Jean Lassalle NSP
Marine Le Pen Elle souhaite l’avènement d’une Europe des nations.

Elle souhaite la création et la formation d’une Union des états souverains incluant la Russie et Suisse et respectant le statut de neutralité, le droit national et la fiscalité nationale.

Marine Le Pen souhaite remettre en cause des accords de Schengen sur la libre circulation des personnes et rétablir le droit national sur le droit européen ainsi que de sa politique monétaire.
Emmanuel Macron Il souhaite qu’il y ait une possibilité pour les Etats-membres qui le veulent d’aller plus loin dans la convergence fiscale, sociale et énergétique

Il souhaite sortir les investissements d’avenir des critères de Maastricht

Il souhaite mettre en place d’un plan d’investissement européen beaucoup plus puissant que le plan Juncker
Jean-Luc Mélenchon Il souhaite s’exonérer du pacte de stabilité et des règles européennes encadrant les déficits et dénoncer le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG)

Il veut refuser les régressions du droit européen sur les questions sociales et écologiques par rapport au droit national

Il souhaite refuser les traités de libre échange tels que le TAFTA, le CETA ou encore le TISA

Il souhaite mettre en place un protectionnisme solidaire qui se traduirait par l’arrêt de la libre circulation des capitaux et des marchandises entre l’UE et les pays tiers, l’arrêt des politiques de libre échange qui ruinent les économies en développement et détruisent l’industrie européenne, autorisation des aides d’Etat aux secteurs stratégiques
Philippe Poutou NSP